Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Minimum Vieillesse

Le Minimum Vieillesse

L'ASPA (Allocation de Solidarité aux Personnes Agées), plus connue sous le nom de "Minimum Vieillesse" est un complément de revenu versé aux personnes âgées dont les ressources sont limitées.


La remise en cause des prestations sociales

Publié par Florent Thomas-Penette sur 24 Avril 2017, 09:37am

Catégories : #social, #solidarité, #vieillesse

La remise en cause des prestations sociales prend différentes formes et s'exprime le plus souvent de manière exagérée. Voici les principaux arguments avancés par les détracteurs de ces allocations :

«-Du travail, il y en a ». Il y a des offres d'emploi dans tous les secteurs, mais pas forcément dans toutes les zones géographiques et pour tous les niveaux de compétence. C'est aussi oublier que tout le monde n'a pas eu accès à la même éducation. Or, l'éducation est ce qui nous permet de nous adapter aux situations qui se présentent à nous. Plus de 10% de chômeurs « de confort », vous y croyez vraiment ? Sans compter la discrimination ethnique qui sévit dans une société française schizophrénique et éloigne certains de nos concitoyens du monde du travail. On ne peut pas d'un côté refuser d’employer certains candidats en fonction de leur couleur de peau, ou ne pas les déclarer, et d'autre part s'indigner car ceux-ci touchent des aides sociales. Celles-ci sont en effet versées étant donné qu'ils n'ont pas suffisamment travaillé sur le sol français.

«-Ils gagnent plus d’argent en ne faisant rien ». Là encore, c’est faux, et toutes les études le prouvent. Travailler permet de mieux gagner sa vie dans tous les cas de figure. Evidemment, les travailleurs à temps partiel atteignent plus difficilement cet objectif (notamment les familles mono-parentales), mais ils bénéficient de tout ce que l'organisme dans lequel ils travaillent peut leur offrir. La question est aussi de savoir si une personne qui possède son logement principal peut comparer sa situation avec quelqu'un qui loue son appartement ou vit chez un proche (situation majoritaire chez les allocataires de l'Aspa).

«-Ils ont droit à des avantages auxquels je n’ai pas droit ». L’argument est imparable : ils sont pauvres, et en tant que bénéficiaires d’une aide, ils ont droit à des tarifs réduits, les transports gratuits… Or, la plupart de ces avantages sont conditionnés par le niveau de revenu, pas sur le fait de bénéficier d’une aide de l’Etat. Il faut tout de même reconnaître que le fait de percevoir « juste un peu plus » que le seuil pour bénéficier de ces aides peut effectivement provoquer des jalousies. Mais il est tout simplement faux de dire que les bénéficiaires des minima sociaux en France sont des privilégiés.

«-Certains décès ne sont pas déclarés ». Si les caisses de retraite arrivent à stopper rapidement un versement suite au décès d'un allocataire vivant en France, il est plus difficile de le faire lorsque celui-ci vivait à l'étranger. C'est le cas des étrangers ayant travaillé en France et sont retournés vivre dans leur pays d'origine, ou des français qui vivent à l'étranger. Le certificat d'existence que ceux-ci doivent remplir régulièrement et faire signer par l'administration locale permet de vérifier qu'ils ne sont pas décédés. Des fraudes existent en effet, il s’agit de fausses déclarations faisant croire que ces retraités sont encore en vie, mais elles sont très limitées.

«-Vous êtes trop naïf ». On entend souvent cette phrase dans la bouche de ceux qui jouent les Cassandre. Qui est le plus crédule ? celui qui croit à un discours populiste dont l’objectif est purement électoraliste, ou celui qui se documente véritablement sur le sujet. Le dialogue et le débat contradictoire doivent permettre à chacun de se faire une opinion personnelle.

«-De toutes façons, ils ne déclarent aucun revenu ». On parle ici de fraude, et de travail non déclaré. Or, ces fautes concernent toutes les classes de la population. Cet argument dénote encore une fois une absence de compassion pour des personnes qui vivent dans des conditions dont on ne sait rien. Les étrangers sont ici plus particulièrement visés, alors qu’ils payent le plus souvent des impôts, même ceux qui n’ont aucuns papiers. D’ailleurs il faut être en possession d'un titre de séjour et d'une carte de travail depuis au moins cinq ans (sauf pour les citoyens de l'Union européenne et de certains pays) pour bénéficier de la plupart des aides publiques. Mettons-nous simplement à la place d’une personne qui demande une aide dont elle n’a pas besoin. C’est tout simplement gênant, perturbant, et culpabilisant. Mais, pour ceux qui dénoncent la situation, le fraudeur ne ressent aucun de ces sentiments : on lui enlève cette humanité que nous seuls semblons détenir. Par une sorte d'empathie à l'envers, nous envions discrètement leur situation, sans la connaître vraiment.

«-Ils font des enfants pour toucher les allocs ». Une famille ne met pas au monde huit enfants pour les allocations familiales. Les raisons pour lesquelles une famille fait beaucoup d’enfants ne sont pas seulement liées aux aides que l’Etat leur apporte. Il faut aller les chercher dans l'histoire personnelle, l'éducation, le pays d'origine... dans lequel la mortalité infantile dépasse bien souvent celle de la France. Le discours ici est clairement xénophobe.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents